Blog Planification

L'importance de la liquidité pour la Micro entreprise et la PME

20 juillet 2020

Le promoteur de la Micro-Entreprise ou de la PME, que vous êtes, doit se préoccuper à la fois de la rentabilité et de la liquidité du business.
Votre entreprise est dite rentable lorsque le Chiffre d'Affaires couvre l'intégralité des Charges et dégage un excédent appelé "le bénéfice". Elle est qualifiée de liquide lorsque vous disposez de la trésorerie suffisante pour faire face à vos échéances de court terme (salaires, dettes fournisseurs, dettes fiscales et sociales, ...). Avez-vous remarqué que chaque mois, la plupart des entrepreneurs et dirigeants de Micro-entreprises et PME glanent de la trésorerie pour être en mesure de faire face à ces engagements ? Est-ce votre cas ?
Lorsque votre business est rentable et que vous rencontrez souvent ce challenge, vous n’avez probablement pas une bonne maîtrise du Besoin en Fond de Roulement (BFR) de l’entreprise.  Le BFR se définit comme le besoin de financement qui naît des décalages entre les entrées et les sorties d'argent. Par exemple, les ventes à crédit, les stocks qui s'écoulent lentement, les règlements par avance de vos commandes auprès de vos fournisseurs augmentent votre BFR. A contrario, les avances reçues de vos clients et les délais de paiement obtenus auprès de vos fournisseurs vous permettent d’améliorer votre trésorerie.  Via une bonne planification, le promoteur avisé peut anticiper ce besoin et trouver les solutions appropriées pour le gérer sereinement.

Dans un premier temps, il s'agit de réduire autant que possible le BFR de l'entreprise, surtout en période de crise. Pour y arriver, vous disposez de trois leviers principaux :
1. Clients : le recouvrement de vos créances clients induites par les délais de règlement accordés, la facturation au comptant dans la mesure du possible voire le règlement avant livraison du service / produit.
Il faut tout de même rester conscient que certains clients importants solliciteront des délais de règlement parce qu'ils en bénéficient auprès de vos concurrents. Même s'ils peuvent faire évoluer votre Chiffre d'Affaires en flèche, le règlement tardif de leurs dettes peut vous causer un sérieux problème de trésorerie. Vous devez faire un bon arbitrage entre les marges additionnelles générées par ces ventes et le coût du financement éventuel induit par ce décalage de trésorerie.
Pour les clients qui payent d'avance, vous pourriez consentir une petite réduction sur votre marge afin de les fidéliser.

2. Fournisseurs et autres prêteurs : la négociation de délais de paiement tout en respectant scrupuleusement vos échéances.
Toujours dans la relativité, il ne faut pas exagérer sur ce point lorsqu'on bénéficie de ces conditions, les dettes devant être tout de même remboursées. Une grande trésorerie oisive pourrait vous conduire à effectuer des mauvais choix.

3. Stocks : une bonne connaissance du délai de rotation de chaque type de produit vendu en fonction des habitudes de votre clientèle est souhaitée afin d'éviter le surstockage et l’insuffisance de stocks au risque de perdre une partie de votre clientèle au profit de la concurrence. Ce levier n'est applicable qu'aux entreprises évoluant dans le commerce général ou l'industrie.
Dans un deuxième temps, il faudra trouver le type de financement le plus adapté et le moins coûteux possible pour faire face au BFR existant.
Et vous, êtes-vous en mesure d'évaluer le BFR de votre entreprise ? Comment procédez-vous? 
De façon basique, BFR = Stocks + Créances sur clients - Dettes Fournisseurs.
 
Dans notre prochain article, nous vous proposerons quelques méthodes de financement de BFR.

Partager :

0 commentaires
Commenter avec